27 janvier 2022

Appel du mois. Burundi : Je soutiens Germain Rukuki

L’alternance politique est un rouage fondamental du fonctionnement de nos démocraties. Mais l’alternance politique est un véritable défi pour de nombreux chefs d’état africains. (Gabon, Burundi, Tchad, Soudan, République Démocratique du Congo

En effet, beaucoup de dirigeants africains cherchent à se maintenir à tout prix à leurs fonctions, sans doute à cause d’intérêts personnels bien compris, d’intérêts économiques et de collusion entre pouvoir politique, milieu d’affaires et firmes étrangères.

Or cet exercice de se maintenir au pouvoir suppose quelques conditions qui ne sont pas toujours réunies.

  • Il faut disposer d’une armée et d’une police (secrète ou régulière) à votre solde
  • Verrouiller la société civile, en contrôlant les médias d’information, en surveillant et en interdisant toute critique de votre pouvoir, c’est à-dire en surveillant et en emprisonnant tout opposant réel ou imaginaire. syndicaliste, défenseur des droits de l’homme, organisations humanitaires étrangères….
  • Modifier la constitution et les textes fondateurs du pouvoir politique pour les « adapter » à votre situation. Par exemple, la possibilité de briguer un troisième voir un quatrième mandat

Bien sûr toutes ces « manipulations » ne vont pas passer inaperçues . Et il faudra décréter l’état d’urgence, voir provoquer une guerre civile larvée ou déclarée…C’est la situation actuelle du Burundi. Qui est dans une crise politique majeure avec de multiples violations des droits de l’homme. Pourtant accusé de crimes contre l’humanité par l’ONU, le Burundi quitte aujourd’hui la CPI (Cour pénale internationale). Son président, Pierre Nkurunziza, s’accroche coûte que coûte au pouvoir et son obstination a plongé le pays dans un quasi guerre civile. Les défenseurs des droits de l’homme en sont les premières victimes.L’ACAT Burundi a été déclarée association interdite, car elle porte atteinte à la sureté nationale.  Or très souvent, c’est grâce à aux  associations  de droits de l’homme que la réalité du terrain est connue.

L’ACAT vous demande d’intervenir pour un ancien membre de l’ACAT détenu illégalement, emprisonné sans motif légitime, sinon que d’assurer un troisième mandat au président de la république Pierre Nkurunziza    suivre le lien

http://www.acatfrance.fr/actualite/je-soutiens-germain-rukuki