Appel du mois de février 2018 : j’agis pour Mère champignon.

Connue sur internet sous le nom de Me Näm, mère champignon, cette jeune femme vietnamienne de 37 ans a écrit sur son blog et sur les réseaux sociaux  des sujets très variés tels que :

–              les violences policières de son pays, qui sont la cause de la mort de trente et une personne se trouvant en garde à vue.

–              les dégâts environnementaux d’une usine sidérurgique de Formosa Ha Tinh Steel  (groupe Taïwanais) , provoquant la mort de plusieurs tonnes de poissons, du fait de la pollution par une fuite massive de produits chimiques.

–              des articles critiquant la position de son gouvernement par rapport au pouvoir chinois maltraitant les minorités ethniques et arrêtant  les pêcheurs vietnamiens.

–              les injustices économiques et sociales et les graves manquements aux droits de l’homme dans son pays.

–              des appels à la fin du parti unique (le parti communiste) et au pluralisme.

 

Arrêtée en octobre 2016, gardée au secret jusqu’à son procès où elle est condamnée à 10 ans d’emprisonnement, confirmé en appel. Son avocat ayant été radié du barreau quelques jours avant le procès.

 

Cette condamnation de Me Näm s’inscrit dans un contexte plus large de répression du gouvernement vietnamien à l’encontre des voix critiques du pouvoir (blogueurs, défenseurs des droits de l’homme…). Le motif de condamnation, « propagande à l’encontre de l’état » est suffisamment vague pour emprisonner arbitrairement ceux qui s’expriment de manière pacifique. La raison véritable est que le parti communiste, unique parti cherche à garder par tous les moyens son monopole.

Signez l’appel du mois en suivant le lien : https://www.acatfrance.fr/actualite/je-soutiens-mere-chamignon