C…COMME CONVERSATION

EDITORIAL

La conversation dans tous ses états

La conversation est essentielle dans la vie quotidienne. Elle sert à nouer des liens d’amitié, familiaux et sociaux entre les gens, et à passer agréablement son temps à parler de choses et d’autres. On converse pour se lier, avoir le plaisir de converser encore, ou simplement bavarder.
On ne sait jamais où pourra nous mener une conversation. Elle n’est pas quelque chose que l’on fait, mais où l’on entre. Et lorsqu’on y entre, on peut aller là où l’on n’avait pas prévu. Voici ce que la conversation a de merveilleux, on peut finir par ce qu’on ne voulait pas, ce qu’on ne savait pas, ce qu’on ne pouvait pas dire.Et plus encore, la valeur d’une conversation ne tient pas dans le fait d’arriver ou non à un accord. Au contraire, une conversation est pleine de différences et l’art de converser consiste à soutenir la tension entre les différences, en les maintenant non en les dissolvant, en conservant aussi les doutes, les perplexités, les interrogations parfois jusqu’à constater l’échec voire la rupture. Dans une conversation, il n’y a jamais de dernier mot. Ainsi une conversation peut maintenir des différences jusqu’au bout, toujours plus affinées, plus sensibles, plus conscientes d’elles-mêmes.
En ces jours, les chrétiens sont en carême. Quarante jours pour se convertir, pour entrer en conversation avec Dieu et avec les autres afin de renouer le lien vital que sont l’amitié et l’amour. Ils essaient de tenir conversation avec Dieu par la prière, faire conversation avec les autres par le partage et converser avec soi-même à travers le jeûne. Vaste programme ! En tous les cas, c’est à travers ces trois directions de conversation que pourrait être, que devrait être le chemin pour aller à la joie de Pâques.

Dominique NGUYEN XUAN

 

« Fragile »

C’était notre thème de Noël. L’éditorial en a fait les frais bien malgré lui. Il a été privé –bien involontairement- de sa chute. Nos excuses à son auteur et à vous lecteurs. Le voici dans son intégralité. MM

Être fragile n’est-ce pas la condition nécessaire pour attendre et voir au-delà de ce qui nous paraît visible. L’homme qui s’estime fort n’a probablement jamais le doute de la page blanche !
Connaître sa fragilité devient souvent la force de celui qui a confiance et parvient à voir l’invisible, sans tomber dans le vertige du néant. Il reconnaîtra toujours la promesse du brin d’herbe dans le champ de neige.

Bernard Chevallier

 

VU DE CHEZ NOUS

Conversation de Bistrot

La taverne d’antan ou le bistrot d’aujourd’hui, en passant par le café du coin, ou le multi-services servant le café… tous ces lieux de rencontre ont été et restent ces havres de convivialité furtive au cœur des multiples contraintes de nos vies.
Récréation entre deux cours, coin de ciel bleu dans une journée morose, espace de franchise dans un monde d’apparences, le café vous offre un sourire, un visage ou une simple présence dans un lieu où le seul bonjour peut être déjà une conversation.Au-delà du mot échangé, de la rencontre rapide, du signe exprimé ou du journal prêté à son voisin, tous ces gestes sans importance apparente sont pourtant ceux dont nous avons tous besoin.
Parler de la pluie du matin ou de la future intervention du Président, parler de sa grippe qui n’en finit pas ou d’un avis que l’on ne partage pas toujours… mais parler, dire, échanger, écouter et trouver des oreilles pour vous entendre et des visages pour vous rassurer.
Notre temps de rapidité médiatique nous inonde d’informations réelles ou pas et nous incite à réagir de façon instinctive par le premier écran capable de transmettre au monde entier une réaction ou une révolte.
Une conversation, fut-elle de bistrot, durant même le simple temps d’un café, vous donne la relativité nécessaire à toute réaction. Je ne suis pas seul, le monde a besoin de moi comme j’ai besoin de lui. Alors, après une simple conversation au comptoir, nous aurons toujours fait un pas vers l’autre comme cet autre en aura fait un vers vous.

Bernard Chevallier

 

VU DE CHEZ NOUS

Allo-Maltraitance:

Une écoute bienveillante

ALMA 71/21 est une association agréée par la « Fédération 3977 » qui gère au niveau national le numéro d’urgence 3977 destiné à recueillir les appels concernant la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés. ALMA 71/21 gère un centre d’écoute à Mâcon et un autre à Dijon.
Philippe Viardot vice-président d’ALMA 71/21 nous parle du rôle des bénévoles à l’écoute des appels, prélude à l’aide que l’association pourra apporter à la victime.

             Dialogue et confidentialité

Mâcon-Magazine : Comment sont reçus les appels téléphoniques ?
Chaque appel est reçu par deux « écoutants » qui sont des bénévoles ayant suivi une formation. Le premier est chargé de la conversation avec l’appelant, le second de prendre des notes pour avoir la trace écrite de l’entretien. Cette écoute à deux permet de mieux appréhender les situations et les détresses des appelants.

Quelles sont les situations rencontrées ?
Deux cas de figure se rencontrent qui appellent une gestion différente.
Si c’est le témoin d’un acte de maltraitance qui appelle, l’écoutant doit poser des questions précises pour obtenir des renseignements les plus détaillés possibles sur les faits, sur la personne maltraitée et aussi sur l’appelant lui-même et ses liens avec la victime supposée. Le témoin est sollicité pour que l’association puisse obtenir d’autres témoignages pour vérifier la véracité de l’information.
Dans le cas d’un appel d’une personne venant confier la maltraitance qu’elle subit, le dialogue est tout autre. L’écoutant doit mettre en confiance l’appelant en se montrant attentif et ouvert aux propos qu’il reçoit. Une écoute de qualité doit l’amener à entamer une conversation bienveillante au cours de laquelle il posera les questions nécessaires à la constitution d’un dossier.
Un dialogue apaisé doit rassurer l’appelant sur la discrétion de sa démarche, la confidentialité des échanges et lui faire prendre conscience qu’il peut être aidé par l’association.

Comment agit Alma après avoir eu connaissance d’actes de maltraitance ?
Munis d’un dossier suffisamment renseigné pour chaque cas, des membres de l’association se concertent pour proposer des solutions. Des partenaires de santé, sociaux ou juridiques sont consultés avant de mettre en place les actions visant à faire cesser les actes de maltraitance. En cas d’urgence immédiate, l’appel est transmis aux services de police et d’intervention.

Comment choisissez-vous vos écoutants ?
Généralement nous les trouvons dans nos relations et amis. Mais nous avons besoin d’autres bénévoles, pourquoi pas des lecteurs de Mâcon-Magazine disposant de quelques heures par mois. Il suffit d’être généreux, ouvert à la détresse de personnes fragiles et désireux d’apporter sa pierre à l’édifice d’un monde plus fraternel et plus solidaire.

Propos recueillis par Bernard Lanéry

Contact :Association ALMA 71/21 (Allo-Maltraitance)
Numéro d’appel national : 3977
Numéro d’écoute régional : 03 85 38 92 79
contactalma7121@gmail.com

 

VU DE CHEZ NOUS

Les Foyers Ruraux:

Acteurs de la vie associative en Mâconnais

Mâcon Magazine a rencontré Marcel et Michel, président et trésorier du Foyer de Sennecé-lès-Mâcon.

Quels sont les objectifs des Foyers Ruraux ?
Nés après 1945 afin de favoriser l’éducation populaire, l’animation culturelle et le lien social en milieu rural, ils jouent toujours ce rôle. Ils sont ouverts à tous sans distinction d’âge, d’origine, de profession et d’appartenance à quelque groupe que ce soit.

Comment fonctionnent-ils ?
De façon autonome et largement grâce au bénévolat. En mutualisant leurs offres, les Foyers Ruraux du Mâconnais Nord proposent plus de 70 activités réparties dans 9 villages.

Et ici, à Sennecé ?
Le Foyer est un outil d’intégration pour les habitants de ce qui demeure un village, bien que rattaché à Mâcon. Et c’est une fenêtre sur le monde extérieur, en lien avec les autres Foyers et la Fédération départementale. On y vit une vraie mixité sociale et générationnelle, même si les retraités sont un peu surreprésentés.

Quelles sont les activités qui se prêtent le plus aux discussions, aux échanges ?
Sans conteste la randonnée qui délie les langues autant qu’elle entretient la forme ! Mais aussi l’atelier dessin/peinture, celui d’écriture, le groupe Patrimoine et bien d’autres, comme les soirées “connaissance du vin” qui rassemblent chaque mois des amateurs curieux de découvrir des terroirs variés tout en conversant amicalement.

Et l’avenir ?
Par leur proximité, leur faculté d’adaptation et de renouvellement, les Foyers Ruraux semblent promis à un bel avenir, contribuant à ce “vivre ensemble” dont notre société a tant besoin.

Propos recueillis par Madeleine Jacquemetton et Monique Steeves

Contact : M. Tissot 0977818689 ou M. Berthillier 0385360278

 

Interview

Le lien social pour bien vieillir

Rencontre avec Annick Blanchard, élue au sein de l’équipe municipale de Mâcon, chargée des relations avec les foyers et les associations seniors,des actions culturelles et relations intergénérationnelles.

Comment voyez-vous votre mission ?
C…comme conversation me correspond tout à fait.
Je le compléterais en disant C …comme Clubs, C … comme Causerie, C …comme Clé du mieux vieillir.Ce sont des valeurs auxquelles je suis très attachée et qui confortent mes responsabilités J’essaie de mettre tout en œuvre pour que l’avancée en âge des Mâconnais soit la plus agréable possible.Mais tout n’est pas simple. Pour favoriser les activités, sources de liens, sources de vie, il est essentiel d’avoir un bon niveau d’autonomie, une forte présence de l’entourage, une dynamique personnelle avec l’envie de sortir et profiter de la vie.
Je constate souvent que ces envies sont très présentes chez les personnes qui prennent de l’âge mais les difficultés de se déplacer, de s’organiser, de programmer deviennent un blocage pour beaucoup d’entre elles.

Et que proposez-vous à Mâcon ?
Quatre clubs, rue de la République, rue de Paris, à Flacé et à Bioux réservent un accueil chaleureux où tous peuvent se retrouver pour des moments de convivialité ; jeux, musique, danse, gym sont au rendez-vous.Au cours de l’année, sorties à la journée, séjours, manifestations sur place, Semaine Bleue sont à découvrir ; occasions d’échanges qui permettent de nouer des relations durables entre les personnes.

Propos recueillis par Madeleine Jacquemetton et Monique Steeves

Contact : CCAS –Claire Delaurat place Carnot Mâcon 03 85 39 71 07

 

VU DE CHEZ NOUS

« Entrons en conversation »

Après la deuxième guerre mondiale, le bon pape Jean a demandé la réunion d’un Concile pour que « l’Eglise entre en conversation avec le monde contemporain » marqué par d’immenses risques et promesses comme aujourd’hui. Et le pape Paul VI a tout fait pour que ce soit vrai.

Observatoire du plateau de Bure

 

 

“Allons plus loin sur la bonté de la conversation, je crois qu’il n’y a pas de conversion possible sans une vraie conversation.”

 

 

Je souhaite aujourd’hui que nous réussissions à entrer en conversation dans notre société française. Je crois à l’analyse de certains observateurs apaisés qui dénoncent les dangers d’une société uniquement de consommation pour des humains dont on provoque le seul individualisme jusqu’à l’intégrisme (1) . Notre société est malade de la disparition de tant de lieux de parole, fermetures de services publics ou de l’unique café du village ; suppression des emplois de caissières et des opérateurs de renseignements Ne restent que des bandes vocales qui vous disent de taper 1 ou 2 ou 3 ou bien de laisser tomber, ce que vous ferez le plus souvent.
Nous prenons l’habitude de ne plus parler à autrui, de nous renseigner sur les réseaux sociaux et les médias qui disent ce que nous pensons déjà et jamais autre chose. Il a même fallu, pour certains, aller sur des ronds-points vagues et mal aménagés pour réapprendre à parler à leurs voisins. Il nous faut proposer toutes les articulations possibles qui nous permettent de bien converser.

Allons plus loin sur la bonté de la conversation, je crois qu’il n’y a pas de conversion possible sans une vraie conversation. Cela concerne tous les changements importants dans notre vie d’homme ou de femme. C’est parce que je suis entré en dialogue profond à l’occasion de choses simples sur lesquelles nous avons discuté, presque sans m’apercevoir de la profondeur que cela prenait, que j’ai pu changer d’avis sur une autre personne ou bien prendre conscience de ce que j’ignorais. Ce changement, cette conversion n’est possible que parce que nous avons débattu. Et ça va loin, jusqu’à la conversion religieuse.
Depuis le Concile Vatican II, prêcher le Christ suppose de joindre le dialogue à l’annonce. C’est une nouveauté due au respect de la conscience de chaque personne. A qui puis-je annoncer Jésus Christ ? À une personne avec sa conscience, lieu de la responsabilité et de la liberté, et ainsi d’une libre décision. Autant de valeurs que je ne peux forcer et avec les quelles notre Dieu a l’habitude d’entrer en conversation. Dans la Bible cela commence avec Adam et Ève, avec Caïn même après le meurtre de son frère Abel… Et cela se poursuit pour chacun de nous si nous le voulons bien.
Aujourd’hui je veux être missionnaire en prenant au sérieux la conversation qui définit si bien l’être humain comme « être de parole » ou « corps parlant ». C’est en respectant la grammaire et le vocabulaire qui définit toute langue parlée sur cette terre que je peux annoncer le bel Évangile de l’amour qui vient de Dieu, qui nous est communiqué et qui peut être partagé !
Du fond du cœur je vous souhaite de bonnes conversations.

Père André Guimet

(1) Voir Gianni Vattimo philosophe,Jean-Pierre Winter psychanalyste,dans le numéro spécial de La Croix du lundi 18 février 2019.

 

VU DE CHEZ NOUS

La conversation,

fondement de toute relation

 

 

Qui veut parler avec moi?

Converser, c’est parler avec quelqu’un , c’est un échange de propos. Écoute et réponse se succèdent. Bienveillante, familière, pacifique, la conversation peut aussi être agressive ou violente. Fondement des relations humaines, elle est aussi celle de la relation à Dieu. Elle prend alors un autre sens, celui de la conversion.

Parler, échanger, c’est vivre ! Mais sur un pied d’égalité !
A la création Adam s’est retrouvé seul. Personne avec qui parler ! Alors l’Eternel a créé la femme pour qu’ensemble ils avancent dans la vie, mus par l’amour et l’entente réciproque faite d’échanges et de soutien mutuel (Gn 2,4-24). Dans notre société de plus en plus de personnes sont isolées : misère sociale, économique, affective. Pour arriver à une vie meilleure, la seule amélioration matérielle ne suffit pas. Trouver du lien social, échanger, rire, « faire ensemble » sont des atouts importants. Chacune redécouvre alors en l’autre la chaleur de l’espérance. Au décès de son épouse, Abraham négocie à son juste prix une propriété funéraire. Afin que l’échange reste équitable et respecte les différentes parties, il refuse tout don venant du propriétaire. (Gn 23). Cette équité exigée par Abraham est souvent absente dans nos relations avec les autres. Elle requiert une écoute sincère sans recherche de domination.

Conversation avec Dieu
Dans la relation à Dieu, la conversation peut déboucher sur une révélation. Au puits

de Jacob, Jésus rencontre une Samaritaine. Il lui demande de l’eau ; elle répond en fonction de sa situation à elle et ne saisit pas qui il est. Jésus est patient et reste à son écoute. Il comprend qu’il doit se mettre à son niveau pour qu’elle saisisse qu’il est le Messie. C’est par cette révélation que la conversation aboutit à la conversion de cette femme (Jn 4,1-42).

La prière, une conversation avec Dieu
Jésus lui-même dans sa prière parle et se confie à son Père. A Gethsémani (Mc 14,36), il accepte la mort en croix : la bonne nouvelle de Pâque peut se réaliser. Pour les chrétiens comme pour Jésus, prier c’est entrer en conversation avec Dieu. Ainsi, plus nous taisons notre bavardage, plus nous sommes en vérité avec Dieu : nous devenons proches de lui. Dans nos prières communautaires ou individuelles, nous nous adressons indifféremment aux trois personnalités de la Trinité : Père, Fils ou Esprit. Ce sont elles que nous retrouvons au baptême de Jésus : « À cet instant où il remontait de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit, comme une colombe, descendre sur lui. Et des cieux vint une voix : Tu es mon Fils bien aimé, il m’a plu de te choisir » (Mc 1,10-11).

Pour avancer dans la vie et vivre dignement, l’être humain a besoin d’un vis-à-vis qui l’écoute et lui réponde. C’est le fondement d’une vie sociale équilibrée. Comme Jésus, le chrétien a la possibilité de parler à Dieu dans ses prières et d’être écouté.

Noël Gonnot

 

EN DOYENNE

 

 

 

Paroles et oreilles

bienveillantes

“La conversation suppose d’entendre toutes sortes de choses,y compris en opposition avec ce que l’on pense.”

Dans le groupe des « Jeunes Professionnels » (les jeunes pros) converser est la base de tout. Les rencontres sont toujours faites de ces conversations. Pour se donner des nouvelles dans un premier temps, pour parler de tout et de rien puis ensuite pour échanger sur nos convictions, en lien avec un thème proposé par l’un d’entre nous. « Quelque soit le sujet, il s’agit selon moi de faire part de son avis et de son expérience, en s’engageant intérieurement à écouter son ou ses interlocuteurs pour recevoir leur parole », nous explique Thibault, jeune professionnel Mâconnais depuis 3 ans. Et il ajoute « Il est néanmoins essentiel de s’assurer que les personnes avec qui l’on converse sont également à l’écoute ».
Il est évident que dans la conversation il y a un parlant et un écoutant, chacun intervertissant son rôle pour que ce ne soit pas un monologue ; mais encore faut-il savoir de quoi l’on parle et comment l’on écoute. Sans cela, la conversation peut vite être sans intérêt et l’on remarque aisément chez les jeunes le désir qu’il y ait du fond et du sens dans ce que nous échangeons.
Dans ce dialogue, la confiance doit être de mise. « La conversation suppose d’entendre toutes sortes de choses, y compris en opposition avec ce que l’on pense » selon Thibault. Sans la confiance nous ne sommes pas suffisamment libres pour nous livrer nous-mêmes et exprimer le fond de notre cœur. Car il s’agit bien de cela : être amené à « partager son expérience personnelle » et s’impliquer. Bien sûr, dès que nous engageons ce que nous sommes, cela peut devenir animé. L’une des conditions de la conversation, avec la confiance, c’est l’amour de soi et de l’autre. Cela passe par une parole et une oreille bienveillantes qui n’excluent pas ce qui dérange ou qui gêne, mais qui permettent d’entendre et de se laisser bousculer par l’autre. Pour que la conversation soit tenable et que l’autre puisse entendre ce que je veux lui dire, je dois me mettre à sa place en me demandant si je suis capable d’entendre, pour moi-même, ce que je dis à l’autre. C’est ce qu’écrivait le philosophe Paul Ricœur dans « Soi-même comme un autre ». C’est à partir de ce moment-là que ce que je dis peut être entendu – et peut être cru ? – par celui avec qui je converse.
Cela peut sembler une gymnastique compliquée, mais en réalité c’est presque naturel lorsque nous en avons le désir. C’est bien dans cet état d’esprit que ces jeunes qui démarrent dans le monde professionnel se retrouvent une fois par mois pour réfléchir, et autant de fois que possible pour des moments conviviaux.

Propos recueillis par le père Christophe Lagrange

 

En Eglise

 

CCFD-TERRE SOLIDAIRE SOYONS LES FORCES DU CHANGEMENT

 

La communication du CCFD-Terre solidaire fait peau neuve, avec un nouveau logo et une nouvelle signature : ” soyons les forces du changement”.Cela peut se traduire comme un appel à faire du neuf en cette année 2019. Et pour que les forces du changement se mettent en route n’hésitez pas à rejoindre l’équipe locale sur Mâcon.
Ce peut être un engagement à temps variable : pour l’animation de la campagne de carême, pour soutenir un projet, pour une action ponctuelle, pour un plaidoyer. Il y a de quoi faire. Changer le monde cela se fait petit à petit avec ce que nous donnons.
Cette année le temps du carême nous invite à semer des graines d’Espérance pour construire une terre solidaire. Depuis plusieurs années les réflexions et actions sont tournées vers la justice climatique. La méthode de travail est toujours, ici et là-bas, ensemble pour réfléchir et agir. Les cinq semaines aborderont successivement les thèmes de semeurs de paix, de fraternité, de justice, d’humanité et d’espérance.
Le scandale de la faim a des causes pour lesquelles nous devons chercher ensemble pour parvenir à une solution juste et durable. (Pape François FAO 2013)

Pour connaître les actions concrètes : https://ccfd-terresolidaire.org/
Pour un engagement local : Laurence Mitton 06 52 14 05 78

 

« Se préparer aux fêtes pascales dans la joie d’un cœur purifié »

 

La joie de 80 prêtres du diocèse en réunion d’amitié avec leur évêque ce 5 mars à Uchizy/Tournus.

Le chemin vers Pâques nous appelle à renouveler notre visage et notre cœur de chrétiens à travers le repentir, la conversion et le pardon -en particulier en pratiquant le jeûne, la prière et l’aumône- afin de pouvoir vivre toute la richesse de la grâce du mystère pascal…
Jeûner, c’est-à-dire apprendre à changer d’attitude à l’égard des autres et des créatures : de la tentation de tout “dévorer” pour assouvir notre cupidité, à la capacité de souffrir par amour, laquelle est capable de combler le vide de notre cœur. Prier afin de savoir renoncer à l’idolâtrie et à l’autosuffisance de notre moi, et reconnaître qu’on a besoin du Seigneur et de sa miséricorde. Pratiquer l’aumône pour se libérer de la sottise de vivre en accumulant toute chose pour soi dans l’illusion de s’assurer un avenir qui ne nous appartient pas. Il s’agit ainsi de retrouver la joie du dessein de Dieu sur la création et sur notre cœur, celui de L’aimer, d’aimer nos frères et le monde entier, et de trouver dans cet amour le vrai bonheur.

Pape François Message de Carême 2019 extraits

 

 Notre sélection
Coups de cœur de la Médiathèque de Mâcon

Le livre qui fait parler les parents et les enfants

SOPHIE COUCHARRIERE       PERE CASTOR

de 7 à 10 ans Flammarion, 2011
Divisé en 10 grandes thématiques (la violence, l’amour, la mort, grandir, la beauté, etc.), cet ouvrage explore le quotidien des enfants, répond à leurs questions et permet d’instaurer un dialogue avec les parents.

 

Des mille et une façons d’être juif ou musulman:dialogue

DELPHINE HORVILLEUR, RACHID BENZINE 

 Seuil, 2017
L’une est rabbin, l’autre islamologue. Ils échangent autour des thèmes de la laïcité, les rites et coutumes, le rapport à la loi, etc.

 

Médiathèque de Mâcon                                              23 rue de la République, 71000 Mâcon
http://mediatheque.macon.fr

 

Saint-Etienne et Saint-Vincent-de-Paul

Compte Rendu de la rencontre des EAP des deux paroisses de l’agglomération de Mâcon St Etienne et St Vincent de Paul

Le 14 février, nous étions 25 personnes à nous rencontrer en réunion pour la première fois.Le temps de prière proposé par le P. Dominique Nguyen a permis un partage autour des dix commandements de la sainteté pour tous du Pape François, « Gaudete et Exultate »

Projets pastoraux des paroisses
En petits groupes, chacun partage sur le ou les projets pastoraux de « sa » paroisse.
Restitution
– la paroisse St Etienne a réalisé pour la première fois une assemblée pastorale un dimanche à 9 h 30 : 90 personnes sont venues pour exprimer en petits groupes : ce qui va et ce qui peut être amélioré. Une restitution après la messe a été faite. Globalement bonne expérience à refaire
– place des jeunes dans la liturgie : objectif porté par les deux paroisses. Une rencontre le 2 février pour les 12 – 30 ans : comment imagines-tu une messe qui donne envie
– une catéchèse pour adultes va démarrer sur la paroisse St Etienne
– formation : projet de la paroisse St Vincent de Paul de recenser les formations existantes et voir comment mieux les faire connaître ; définir des besoins ; soutenir le projet de parcours Alpha qui est un éveil à la foi pour adultes
– accueil : autre projet de la paroisse St Vincent de Paul. Pas seulement l’accueil à l’église lors des messes ou dans les permanences de la paroisse mais aussi au niveau des demandes de sacrement, des villages, des périphéries.

– film ‘le Cœur de l’Homme’ au complexe Marivaux suivi d’une invitation à débattre dans le hall de Notre Dame de la Paix : 50 personnes et pas que des paroissiens ont participé.

Mâcon magazine
Suite rencontre avec deux personnes de Bayard Services et déficit d’environ 15000 euros à supporter par les deux paroisses en raison d’une baisse importante des recettes publicitaires.
L’appel au don a permis de réunir la somme de 3600 euros qui ramène le déficit à environ 11000 euros.
Nous décidons :
• de passer à trois numéros par an (Rentrée, Noël et Pâques) ce qui constitue une économie de 4000 euros par an
• dans le but de réduire le tirage à 18000 ex soit 5000 ex en moins, de faire le point avec nos distributeurs pour quantifier les exemplaires qui sont simplement déposer dans les entrées d’immeuble. Si nous réduisions le tirage à 18000 ex, nous pourrions réaliser une économie de 1000€ x 3 numéros soit 3000 €
• de solliciter les lecteurs de façon différente pour chaque numéro : une enveloppe ; un encart qui serait financé par une publicité au verso ; une annonce dans le contenu du numéro.

Reste la question d’un papier au grammage plus faible : question à laquelle nous attendons une réponse de Bayard Services.

Mardi saint, 16 avril 2019 avec Messe Chrismale à la cathédrale St Vincent                                           La paroisse Notre Dame des Vignes prend en charge l’apéritif (fourniture et service).
La paroisse St Vincent de Paul prend en charge le service du repas (commandé à un traiteur).
La paroisse St Etienne prend en charge le service de la liturgie et de l’accueil des prêtres et diacres aux Sts Anges, lieu servant de sacristie.

A noter et à diffuser pour les animateurs de chants et les personnes qui aiment chanter :
Les 3 et 10 avril à 20 h au centre pastoral, apprentissage et répétition des chants de la messe chrismale.

Parcours Alpha                                                          Nous avons abordé ensuite le sujet du Parcours Alpha que nous traiterons dans un prochain numéro de Mâcon Magazine.                                                                       

Extrait du Compte rendu effectué par Monique Billet.

Pâques à St Etienne et Saint Vincent de Paul

Célébration pour l’unité des CHRETIENS

À l’occasion de la semaine de l’unité des chrétiens, environ 80 personnes se sont retrouvées dans la cathédrale Saint Vincent pour célébrer ensemble ce temps fort.

La célébration a été menée par les Pères Christophe Lagrange, André Guimet, Pierre Dhaussy ainsi que Jean-Charles Edouard de l’Eglise du Plein Évangile, Raymond Méot représentant l’ACAT (association chrétienne pour l’abolition de la torture) et Noël Gonnot de l’Eglise réformée. Catholiques et protestants ont partagé le même moment de recueillement. La lecture du psaume 85 « Vérité et Amour se rencontrent ; Justice et Paix s’embrassent. » a constitué le thème de prière de cette semaine de l’unité des chrétiens. Les offrandes recueillies -227,10€- ont été remises à « Couloirs humanitaires ». Il s’agit d’un collectif œcuménique permettant à des réfugiés venus du Liban d’être accueillis en France.

C’est un moment précieux et chaleureux de fraternité et d’unité qui a été partagé par les membres de différentes branches chrétiennes.

Noël Gonnot

 

EN MARCHE VERS PÂQUES 2019

 

1/ CÉLÉBRATION PÉNITENTIELLE
VENDREDI 12 AVRIL : 15h cathédrale, 20h Flacé.
Temps de prière, d’écoute et de partage.
Possibilité de confessions individuelles.

2/ CONFESSIONS INDIVIDUELLES
Tous les samedis (y compris Samedi Saint) : église St Pierre de 10h à 11h
Eglise Notre Dame de la Paix : mercredis 3 et 10 avril à 19 h
Eglise Ste Eulalie/Flacé : samedis 30 mars et 6 avril de 17 h à 18 h

3/ PAROISSE ST VINCENT DE PAUL
Rencontres de Carême :
20 h, salle cure d’Hurigny : mercredi 13 mars
20 h, Sancé : mardi 26 mars
9h30, Maison paroissiale (derrière l’église de Flacé) : jeudi 28 mars
14 h 30, Maison paroissiale (derrière l’église de Flacé) : jeudi 4 avril

4/ SEMAINE SAINTE MÂCON-CHARNAY et DIOCÈSE
Les vendredis de carême les 15, 22, 29 mars et 5, 12 avril : eucharistie à 12h15 à Notre Dame de la Paix (possibilité d’offrir le prix du repas au CCFD)
Mardi Saint : le 16 avril, Messe chrismale à Mâcon Cathédrale St Vincent à 18h.
Nuit d’adoration du jeudi 18 avril /20h au vendredi 19 avril /8h cathédrale St Vincent.
Le Vendredi Saint 19 avril, à 12h30, temps de prière animé par le CCFD à Notre Dame de la Paix.

OFFICES DE LA SEMAINE SAINTE et de PÂQUES 2019

 

« L’Esprit vous conduira dans la vérité tout entière. »
La plupart du temps, la liturgie nous fait contempler les mystères de la vie du Christ. Bien sûr, le Père et l’Esprit ne sont pas très loin de lui, de manière discrète, mais pas toujours nommés. Après Pâques, Pentecôte, nous fêterons la Sainte Trinité : un Dieu Père, Fils et Esprit. Mystère de communication, de partage, de don et de communion qui nous dépasse totalement, mais qui est notre milieu de vie. Dans la Trinité, chacun a son visage particulier et sa mission : le Père est la source du don, le Fils est le corps du don et l’Esprit le souffle du don. Entre eux, la vie circule pour se communiquer à la terre entière. Aucun n’est exclu de ce grand mouvement d’amour et de décentrement pour faire exister l’autre, pour se recevoir de lui et se donner en retour. Les couples, les familles en font l’expérience, les religieux aussi, tout être humain pour peu qu’il cultive un désir d’ouverture aux autres. C’est peut-être cela la vérité tout entière vers laquelle nous sommes conduits. Elle ne peut être que dévoilement progressif tout au long de notre vie. Nous l’entrevoyons plus que nous la voyons. Demandons simplement de nous y laisser conduire.

Anne-Marie Aitken, Xavière Vers Dimanche

 

Paroisse Saint-Etienne de Mâcon                                 Saint-Pierre, Saint-Vincent, Saint-Clément, La Providence, Chapelle des Saints Anges, Sacré-Cœur de La Coupée, Sainte-Madeleine de Charnay-Bourg,
Saint-Vincent de Chevagny les Chevrières.
Maison paroissiale Saint-Pierre 20 rue des Minimes à Mâcon
Tél. 03 85 38 00 02 – Mail : psedm@wanadoo.fr – Site internet : www.chretiensmacon.net

Des prêtres à votre service :
André Guimet-Curé : 06 67 03 61 12      Mail : a-guimet@orange.fr
Christophe Lagrange : 06 82 19 88 92  Mail : chris.lagrange71@gmail.com
Péguy Lumuène : 06 89 01 84 90            Mail : peguylumuene@yahoo.fr
Jean-Claude Ngoma : 06 78 40 39 90   Mail : jeanclaudengoma@yahoo.fr

 

Paroisse Saint-Vincent de Paul de Mâcon
Notre-Dame de la Paix, Flacé, Sancé, Sennecé, Hurigny, Laizé, Saint-Jean le Priche
Secrétariat principal
Maison paroissiale Saint-Vincent de Paul
131 imp. de l’église Flacé 71000 Mâcon – Tel. 03 85 34 23 39
Mail : paroissestvincentdepaul@wanadoo.fr
Site internet : www.chretiensmacon.net

Des prêtres et diacre à votre service
Dominique Nguyen-Curé : 06 59 10 50 59  Mail : dominique.autun@gmail.com
Jean-Claude Ngoma : 06 78 40 39 90  Mail : jeanclaudengoma@yahoo.fr
Jacques Poissonnet-diacre : 09 52 05 99 08  Mail: poissonnet.jacques@gmail.com 

 

Église Réformée de Mâcon
Temple : 32 rue Saint-Antoine 71000 Mâcon – Tél. 03 85 38 55 51
Site internet : www.erefm.org
Culte à 10 h 30 les 2e et 4e dimanches du mois.

 

Prêtres en retraite
Yves Bachelet : 06 07 23 04 65       Mail : y.bachelet@orange.fr
Marcel Vouillon : 03 85 38 29 60  Mail : vouillon.marcel@neuf.fr
Claudien Dussauge : 0677499186 Mail : claudien.dussauge@gmail.com
Albert Lardet : 09 85 32 22 23    Le Bocage 59 rue F. Perraud 71570 La Chapelle
Philippe Raymond : 9 rue Lacroix 71000 Mâcon