20 janvier 2022

L…comme Lumière

Edito Mâcon Magazine

En cette mi- novembre, les ocres, pourpres et ors de la nature qui meurt prolongent pour un temps, sur la tombe de nos défunts, le feu d’artifice des chrysanthèmes. Éclaboussés de lumière, parfums, sons et couleurs vibrent en une même harmonie.
Instants précieux où tout devient clarté et réveille, au plus profond de notre être, nos origines de « poussière d’étoile » promesse, pour le croyant, d’un avenir éblouissant.

Ce n° où « L » s’écrit comme « lumière » voudrait pointer ces instants magiques ou un geste, un sourire, une attention ont été étincelle pour nos vies. Et l’on s’étonne de ce que ce flot d’étincelles n’ait pas encore embrasé notre univers de joie, de partage et d’amour.

 


 

Edito

L… comme Lumière

Qu’est-ce que la lumière ?

Questpendant des siècles, les physiciens se sont empoignés sur la réponse à cette question. Pour les uns, elle est une succession d’ondes ; pour les autres, un flot de particules. Au début du XXe siècle l’affaire semblait entendue : la lumière estune onde électromagnétique comme une autre, toutes les expériences le prouvaient.Toutes sauf une : l’effet photoélectrique. En1905, Einstein publie un court article où, le premier, il explique ce hénomène de façon satisfaisante. Mais sa conclusion stupéfie et scandalise ses collègues : la lumière est faite de particules, de « grains » ! Et lorsqu’ils sont très nombreux, ces grains donnent l’impression d’être une onde. Chaque grain emporte avec lui un petit paquet d’énergie, une quantité bien précise appelée « quantum ». En 1926, le physicien américain Gilbert Lewis baptisera photons ces grains de lumière qui emplissent l’univers en tous sens. Ils sont un milliard de fois plus abondants que n’importe quelle autre particule. De plus, ils n’ont pas de masse, ils sont pure énergie ; ils ne peuvent jamais s’immobiliser et ils n’ont qu’une vitesse : 300 000 km/s dans le vide.Pour la découverte du photon, Albert Einstein recevra le prix Nobel de physique en 1921.

Bernard Chevallier


Des ténèbres à la lumière

Ten Lumviens ! C’est le cri du désir primordial, le cri de la recherche fiévreuse de l’étreinte, celui de la mère épiant en ses moindres tressaillements la vie palpitante dans ses flancs.Viens ! C’est le cri lancé par l’Homme, du fond de ses ténèbres primordiales, à la face du ciel, à ces dieux qui effraient et fascinent. Mais c’est aussi Dieu qui a soif de l’homme sa créature : « Adam où es-tu ? ». Histoire d’amour orageuse parce que passionnée, vitale entre le potier qui ne peut arrêter son oeuvre et le façonné qui retourne nécessairement à la poussière si la Lumière ne l’habite ! Viens ! Au plafond de la Sixtine, le pinceau du Maître les a rassemblés ces guetteurs de l’aurore, prophètes de la primitive alliance mais aussi sibylles du monde antique. Perse, Érythrée, Lybie, Grèce. Que n’y a-t-il rajouté Lucy, Neandertal et Cro-Magnon en leur songe fossilisé, mais aussi les momies, figées en leur éternelle contemplation, ou encore nous-mêmes, insatisfaits et déçus d’un bonheur terrestre que d’autres nous avaient promis. Et voici que les extrêmes se rejoignent et que l’inouï se fait musique d’ange, et que brille l’étoile à la mi-nuit. L’invisible prend visage. Désormais… tout est possible !Alors, du plus petit au plus grand, du berger dorant au roi encensant, il faut bien venir le reconnaître ce Tout Autre qui, à présent, est des nôtres. Il faut s’emplir les yeux et le coeur de la vulnérabilité de l’enfant offert et déjà crucifié en son berceau, car demain, il faudra à nouveau guetter et annoncer « Celui qui est, qui était et qui vient » jusque dans l’ombre de nos morts pour notre vie, notre paix, notre joie.

Yves Bachelet


 

L… comme Lumière

Synode des évêques sur la famille…
… un synode tout feu tout flamme !

J’écris ces quelques lignes au début de l’été de la Saint-Martin où traditionnellement le paysan renouvelle le bail des terres qu’il cultive. J’ai comme l’impression que les 265 membres du synode de la famille ont commencé, avec le pape François, la rédaction d’un nouveau contrat pour la

gestion de l’Église catholique. Naturellement un travail laborieux, puisqu’il ne s’agit pas que les uns gagnent contre les autres, ce que ne semblent pas voir les médias, mais de chercher ensemble la voie de la juste fidélité à l’Évangile pour le dire aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui, tels qu’ils sont…

Voir les réalités
comme elles sont…

Y compris l’Église dans sa réalité humaine, où parfois se fait jour «l’utilisation
de méthodes de dialogue pas du tout bienveillantes». (François). Le synode a été « l’occasion de mettre à nu les coeurs fermés … qui se cachent jusque derrière les enseignements de l’Église,pour juger avec superficialité les cas difficiles et les familles blessées ». On aurait tort de penser qu’en disant cela aux évêques, François ne parlait pas aussi à tous ceux qui jugent.

…dans leur diversité

St pierre« Un synode est une écoute réciproque dans laquelle chacun a quelque chose
à apprendre ». Les membres du synode ont pu apprendre « sur le tas » que « ce qui semble normal pour un évêque d’un continent peut se révéler presque scandale pour un autre ». Cela doit aussi valoir pour les censeurs européens qui
savent (presque) tout, avant d’avoir bien écouté. « L’expérience du synode fait mieux comprendre que les vrais défenseurs de la doctrine ne sont pas ceux qui
défendent la lettre, mais l’esprit ; non les idées mais l’homme ; non les formules
mais la gratuité de l’amour de Dieu et son pardon ».

… et pour finir

« Le premier devoir de l’Église n’est pas de distribuer des condamnations
ou des anathèmes, mais celui de proclamer la miséricorde de Dieu, d’appeler
à la conversion et conduire tous leshommes au salut du Seigneur ». Dans ses trois discours des 17, 24 et 25 octobre, François ne clôt pas le synode :il ouvre la route pour une Église tout entière synodale.

Pierre Calimé      PC1

 

 

 

 

 


Le sommaire du numéro  239.

reportez vous à la version  imprimée

Sommaire_2n°239 – décembre 2015

Sommaire

Michel P.

Marié avec Carine depuis 1975 4 enfants & 12 petits enfants Ingénieur ESEM Professeur Certifié retraité de l’Éducation Nationale

Voir tous les articles de Michel P. →