A.C.A.T

 

 

ACAT : Action des Chrétiens  pour l’Abolition de la Torture

 

L’ACAT est une ONG chrétienne de défense des droits de l’homme créée en 1974. Association loi 1901, elle est reconnue d’utilité publique et d’éducation populaire. 

Au cœur de son action, le respect de la dignité humaine, en mémoire du Christ torturé et exécuté.

.L’ACAT fonde son action sur la Déclaration universelle des droits de l’homme. Article 5 : « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants » et sur l’Evangile : Matthieu, 25, 40 : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

Les missions de l’ACAT : Lutter contre la torture, abolir la peine de mort, protéger les victimes et défendre le droit d’asile.

L’ACAT a pour but de combattre partout dans le monde les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la torture, les exécutions capitales judiciaires ou extra-judiciaires, les disparitions, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les génocides.

Elle assiste les victimes de tous ces crimes, notamment en se constituant partie civile devant les juridictions pénales et elle concourt à leur protection notamment par toutes actions en faveur du droit d’asile et de la vigilance à l’égard des renvois qui s’avèreraient dangereux.

Les groupes locaux rassemblent des chrétiens de diverses confessions. L’ACAT revendique son identité chrétienne et vit l’œcuménisme au quotidien. Elle agit pour faire progresser le dialogue entre les chrétiens, leur permettant de se retrouver unis dans l’action et la prière, dépassant leurs luttes anciennes et considérant leurs différences actuelles comme une richesse plus qu’un obstacle. Parce que la voix des chrétiens doit tracer un chemin différent de vie, d’espoir, d’humanité.

 Les moyens d’action de l’ACAT :

  • sensibiliser les chrétiens aux manquements aux droits de l’homme. Promouvoir le dialogue œcuménique.
  • signer et faire signer des pétitions, des lettres d’intervention (l’appel du mois)
  • interpeller les institutions internationales, gouvernements en cas de manquements aux engagements internationaux portant atteinte à la dignité humaine.
  • accompagner les victimes, accompagnement juridique, et soutien aux demandeurs d’asile
  •  mener des actions en justice. L’ACAT peut se porter partie civile dans les juridictions pénales.
  • correspondre avec les condamnés à mort et les détenus maltraités. 

 

Les dates principales de notre mouvement :

–       Le 10 Octobre journée internationale contre la peine de mort

–       La semaine de l’unité des chrétiens (l’ACAT est un mouvement œcuménique)

–       Le 26 juin, journée internationale de soutien aux victimes de la torture où l’ACAT organise une veillée de prière : la Nuit des Veilleurs.

 

Le groupe de Mâcon se réunit tous les deuxièmes vendredi de

chaque mois au Temple de l’Église réformée,

rue Saint Antoine à Mâcon, à 18 heures.

Vous êtes les bienvenus.

Pour tout contact : MEOT Raymond,

raymond.meot@orange.fr  03 85 36 09 92

Les sites internet sont :

–  acatfrance.fr/  

fiacat.org (fédération internationale des ACAT)

nuitdesveilleurs.fr

 

APPEL du MOIS

 

Évêque du diocèse de Baoding (province du Hebei), Mgr Jacques Su Zhimin a été arrêté en octobre 1997, et l’on est sans nouvelles de lui depuis cette période.

L’évêque est né le 1er juillet 1932, fut ordonné prêtre le 4 avril 1981 et consacré clandestinement le 2 mai 1988 et Mgr Su Zhimin fut nommé par Rome évêque de Baoding le 2 mai 1993.

Considéré par les autorités communistes comme un « évêque ultra réactionnaire » au seul motif qu’il entend demeurer fidèle au Pape et s’est toujours refusé à adhérer à l’Association Catholique Patriotique chinoise créée par le régime communiste en 1957, organe de l’église officielle du gouvernement chinois, Mgr Su Zhimin aura passé la moitié de sa vie, soit quarante ans, dans les geôles communistes.

Maintenu au secret par les autorités chinoises, il a été aperçu en 2013 lors d’une hospitalisation dans un hôpital de Baoding.  Ses neveux et nièces entendaient, le 1er juillet dernier, pour célébrer son quatre-vingtième anniversaire, réunir dans des appartements privés de Baoding les catholiques qui souhaitaient prier aux intentions de l’évêque persécuté. Ces réunions ont été interdites par les autorités qui ont déployés d’impressionnantes forces de police dans les rues de Baoding et surveillé les téléphones portables des suspects.

Quand les neveux et nièces de Mgr Su Zhimin ont demandé aux autorités ce que devenait leur oncle, ces dernières répondirent « qu’elles ne savaient rien sur lui »…                        Source : AsiaNews.it

Ecrivons  à l’ambassadeur de Chine http://www.acatfrance.fr/actualite/je-demande-la-liberation-de-mgr-su-zhimin