2 octobre 2022

Non à l’impunité des criminels de guerre au Rwanda : j’agis pour que Laurent Nkunda soit jugé !

Les conflits ethniques, des chefs d’état qui deviennent chefs de guerre, le pillage des ressources de l’Afrique des Grands Lacs ont été entre autres, des causes principales des affrontements qui ont eu lieu depuis les années 2000. Que l’on se rappelle le massacre des Tutsi par les Hutu.

le premier octobre 2010, le Haut commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies a rendu public le “Rapport Mapping” un inventaire de 617 incidents violents commis entre 1993 et 2003 en République Démocratique du Congo (RDC) ayant occasionné des violations graves des droits humains. Les noms des commanditaires sont connus mais n’ont pas été rendus publics..

Pourtant le nom de Laurent Nkunda est plusieurs fois cité, car il a sévi dans les deux provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu en commettant à plusieurs reprises de graves violations des droits humains dont des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

A la mi-mai 2002 les troupes de Laurent Kkunda sont envoyés à Kisangani pour mater une mutinerie de militaires et de policiers congolais. Sur les zones de massacres, con compte plus de 160 exécutions sommaires, des viols et des pillages. il continuera à diriger des groupes armés violents jusqu’à son arrestation sur le territoire rwandais fin janvier 2009.

Il est assigné à résidence à Kigali, au Rwanda. Sa “détention” n’est justifiée par aucun motif officiel. il n’est pas inquiété. il dispose donc d’une impunité de fait.

Intervenons pour demander son jugement : https://www.acatfrance.fr/actualite/rapport-mapping–j-agis-pour-que-laurent-nkunda-soit juge