3 octobre 2022

Prier : Vivre l’inespéré

Avec le peuple de Dieu, avec des hommes de toute la terre, tu es invité à vivre l’inespéré.

A toi tout seul comment connaîtras-tu le rayonnement de Dieu ?

 

Trop éblouissant pour être vu, Dieu est un Dieu qui aveugle le regard.

Le Christ, lui capte ce feu dévorant, et, sans éclat, laisse Dieu transparaître.

Connu ou non, le Christ est là, auprès de chacun. 

Il est tellement lié à l’Homme, qu’il demeure en lui, même à son insu. 

Il est là comme un clandestin, brûlure au coeur de l’Homme, Lumière dans l’obscurité. 

 

Mais le Christ est aussi un autre que toi-même. Lui, le Vivant, se tient en avant et au-delà de toi. 

Là est son secret, lui t’a aimé le premier. Là est le sens de ta vie. 

 

Etre aimé pour toujours, aimé jusqu’à l’éternité, pour qu’à ton tour, tu ailles jusqu’à mourir d’aimer. 

Sans l’amour, à quoi bon exister. 

 

Désormais, dans la prière comme dans la lutte, rien n’est grave si ce n’est de perdre l’amour. 

Sans l’amour, à quoi bon la foi, à quoi bon aller jusqu’à brûler son corps aux flammes ? 

 

Le pressens-tu ? Lutte et contemplations ont une seule et même source : Le Christ qui est amour. 

Frère Roger Schultz de Taizé (1915-2005)