3 juillet 2022

Rencontre lycéennes de Taizé, vers une nouvelle solidarité

groupe Taizé avec évêque

Du 19 au 23 octobre, des lycéens du diocèse et leurs animateurs se sont rendus avec la province Bourgogne, aux rencontres lycéennes de Taizé, occasion de côtoyer 2600 jeunes de leur âge.
Ces rencontres ont débuté pour nous, le dimanche matin, à Cormatin, avec un verre de l’amitié et une eucharistie célébrée en province (sauf la Nièvre qui ne pouvait être des nôtres) pour faire connaissance et commencer à souder le groupe.

La marche d’approche sur la voie verte permit de sympathiser et aussi de présenter nos diocèses aux autres ou encore de redire l’esprit dans lequel ses journées lycéennes allaient se dérouler.

En fin de journée, nous apercevions le porche d’entrée de la communauté, et la phrase de St Paul « vous êtes le Corps du Christ » sur laquelle nous allions, entre autres, réfléchir pendant notre séjour, commençait à prendre tout son sens.

Notre pèlerinage de confiance, « vers une nouvelle solidarité » s’ouvrait dans cette belle communauté d’hommes engagés à la suite du Christ.

Nos journées ont été rythmées par les 3 prières et leurs temps de silence appréciés par tous, par les apports bibliques des frères et le partage en carrefours avec des jeunes que nous ne connaissions pas. Une occasion unique de « confronter » sa foi, d’élargir nos horizons et de reprendre des forces ensemble pour retourner ensuite dans nos lieux de vie.

Les après-midis un temps en province nous a permis de réfléchir à l’une des 4 propositions de Frère Aloïs pour « chercher la communion visible de tous ceux qui aiment le Christ » et d’en faire une « remontée artistique » pour les autres. Des échanges en profondeur s’en sont suivis mais aussi de beaux fous-rires à l’occasion du passage devant les autres groupes.

En fin d’après-midi, chacun de nos évêques nous a éclairé sur le Christ et a répondu aux nombreuses questions des jeunes (dialogue inter-religieux, pourquoi l’enfer, qu’est-ce que la Terre promise, le Royaume ?, pourquoi des femmes ne sont pas prêtres ? peut-on être saint et laïc ?…)

Taizé c’est aussi la convivialité : repas partagé au hasard des rencontres, « l’oyak », où l’on peut faire la fête et partager un café et tous ces sourires et « clins Dieu » échangés au fil de nos allers et venues.

 En bref, voici ce qui a marqué les jeunes et leurs animateurs :

« cohésion et facilité de contact ». « la prière de la Lumière ». « le temps que prennent les frères avec les jeunes ». « l’exploration des textes bibliques avec Frère Maxime ». « notre groupe était suffisamment petit pour que l’on porte une attention à chacun »

 Nous en repartons tous plus riches ! marqués chacun dans notre expérience de vie et de foi.