21 mai 2022

Sixième dimanche de Pâques

17 mai 2020 – 6ème Dimanche de Pâques

Homélie du Père André Guimet

« Rendre raison de l’espérance qui est en vous, mais faites-le avec douceur et respect ». I Pi 3 15 Christ est ressuscité. Cependant rappelez-vous comment : « il a été mis à mort dans la chair mais vivifié dans l’Esprit. » I Pi 3 18

« Rendre raison »

En cette période, il nous faut rendre compte de notre identité chrétienne, bien sûr le mieux est que cela passe par des actes, mais dire raisonnablement les choses, ce n’est pas mal aussi. Témoigner de l’espérance qui nous est donnée par la résurrection du Christ : est-ce que la pandémie du coronavirus nous a achevés, ou bien l’avons-nous vécu avec l’espérance qui nous a été communiquée par la Résurrection du Christ ?

« Faites-le avec douceur et respect »

Cependant nous ne parlons pas n’importe comment à nos prochains, surtout s’ils sont dans la peine et s’ils n’ont pas la foi. C’est saint Pierre qui nous le demande.

« douceur et respect » douceur pour ceux qui sont dans le deuil et respect pour le Christ lui-même qui par amour pour les hommes a accepté d’être « mis à mort dans la chair mais vivifié dans l’Esprit.

« Moi je prierai le Père et il vous donnera un autre défenseur. » Jn 14 16

Pâques – Ascension – Pentecôte vont ensemble.

Le don du Saint Esprit (baptême et confirmation) est à approfondir ; cela passe par nous comme pour les samaritains évangélisés par « l’un des 7 », Philippe, et qui reçoivent l’Esprit Saint par l’imposition des mains de Pierre et Jean.

Attendons avec fougue le don du Saint Esprit, cherchons à être fidèles à ce que le Christ veut : observer ses commandements, les garder, c’est cela aimer le Christ en vérité. Aimer Dieu, aimer notre prochain comme soi-même, nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés. Faire de chaque homme, un frère pour qui Christ a donné sa vie et aimer sans retenue, sans autre raison que l’Amour fidèle et inconditionnel de Dieu pour nous, qui désirons être ses disciples.

L’Esprit Saint est appelé un autre défenseur parce que, dans la personne du Christ, nous en avons déjà un et qu’Il ne nous lâche pas. Il ne nous abandonne pas.

Cette montée vers le Père est une bonne chose pour nous. Il va nous introduire devant Dieu ou nous présenter à lui. Apprendre à vivre avec cette espérance qui est mise en nous par la foi et qui nous fait apprécier le don de la vie, d’une vie qui même marquée par la mort est de nouveau vivifiée par l’Esprit.

Frères chrétiens, nous n’avons pas le droit d’être dans la peur, nous pouvons avoir du chagrin, de la peine dans le deuil, mais Christ est notre défenseur. Seulement l’Espérance et la foi n’existent que pour nous rendre capables de charité. Aimer les autres, aimer les plus petits, le faire dans le respect de la Création et se sentir les obligés de l’amour, donner une priorité à autrui par amour de Dieu le tout autre. C’est ce qui nous attend et nous importe en ce moment si spécial pour toute notre humanité où nous avons le droit de sortir à la rencontre.