2 octobre 2022

Sri Lanka : je soutiens la quête de justice des victimes du conflit.

Comme il ne peut y avoir de pardon sans reconnaissance de la faute commise, il ne peut y avoir de réconciliation nationale sans avoir cherché la vérité et la justice.

 C’est le problème fondamental auquel se heurte actuellement le Shri Lanka. En 2009 ce pays sort d’un conflit de plus de vingt cinq ans opposant les forces gouvernementales et les groupes armés de Tigres Tamouls. Cette guerre a mis le pays à feu et à sang. 100 000 morts, 80 000 disparitions forcées… 

Cette société exsangue demande à comprendre ce qui s’est réellement passé. Les familles des victimes et des disparus attendent des explications et cherchent à connaître la vérité.

En 2015, le nouveau président semblait être disposé à rechercher la vérité sur ce conflit, mais depuis le début de l’année 2016 ; les signes d’un recul de cette volonté sont visibles.

 La reconstruction et la réconciliation au Shri Lanka ne pourront se faire si l’impunité des auteurs de violence et d’exaction demeurent impunis.